Retour sur l’aventure du CAP MMVF : la préparation

C’est pendant l’été 2019 que j’ai décidé de préparer le CAP Métiers de la mode et vêtement flou. A cette époque, je n’avais pas de projet de reconversion ou de micro-entreprise mais l’envie de me fixer un défi et de progresser en couture.

De nombreuses couturières sur les réseaux avaient raconté leur expérience. J’avais particulièrement lu les récits de Les Bricoles d’Anne-Cé , Les couturages de Jul’s , SBcréationscouture et ce qui ressortait de ces témoignages c’était l’enrichissement apporté par ce défi, pour beaucoup avant tout personnel.

Page de garde de mon bullet journal dédié au CAP MMVF avec les jolies phrases inspirantes!

Présentation du CAP

Le CAP Métiers de la mode et vêtement flou a la particularité d’être ouvert aux candidats libres. Ces derniers sont dispensés des épreuves générales s’ils ont déjà un baccalauréat.

Seules les épreuves professionnelles sont à passer dans ce cas et on peut aussi s’inscrire à une épreuve facultative (langue vivante par exemple).

Il y a trois épreuves professionnelles obligatoires sur lesquelles vous trouverez de nombreuses informations détaillées sur le site de ressources de l’Education nationale, Eduscol . Les voici présentées en quelques mots :

  • l’épreuve de Prévention Sécurité Environnement (PSE) commune à tous les CAP : une épreuve écrite de 1h coef 1 avec des QCM et questions d’analyse sur différents thèmes : environnement en entreprise, sécurité au travail, prévention des risques professionnels.
  • l’EP1 « Analyse et exploitation des données esthétiques et techniques » : une épreuve écrite de 3h coef 4 qui traitent de différents domaines : la technologie des fibres et textiles, la connaissance des matériels, l’histoire de la mode, le dessin de style et le patronage.
  • l’EP2 « Mise en œuvre de la fabrication de tout ou partie d’un vêtement » : une épreuve pratique de 16h coef 10 dans laquelle on réalise un modèle selon un cahier des charges en suivant une gamme de montage et en utilisant des machines industrielles (piqueuse plate surfileuse-raseuse et le poste de repassage)

Les outils pour préparer

C’est en découvrant le livre Préparez votre CAP couture avec Artesane.com dans ma librairie que j’ai vraiment décidé de m’embarquer dans l’aventure.

Dans cet article du blog de la plateforme de cours, vous trouverez un descriptif complet. Christine Charles, l’auteur de ce livre, par ailleurs professeur chez Artesane mais surtout Rêve à soie, propose un programme progressif en 9 mois pour appréhender les différentes épreuves. Contenu théorique, exercices de dessin, de patronage, projets variés pour travailler des techniques, gammes de montage commentées pour s’en approprier les codes et la lecture, tout a été pensé pour entrer peu à peu dans l’examen.

Un espace interactif dédié au livre sur la plateforme Artesane permet de visionner une présentation vidéo de chaque mois, télécharger les patrons, échanger sur les projets.

Il est également conseillé d’étoffer ses connaissances dans certains domaines. J’ai pu de mon côté profité des groupes de mutualisation sur les réseaux sociaux notamment celui dédié au CAP MMVF sur Facebook, une communauté de candidats et d’ex-candidats bienveillante et motivée. Préparer un examen en candidat libre c’est être souvent seul face à ses révisions, lectures et ce groupe était vraiment bienvenu. J’ai par ailleurs eu la chance d’échanger avec Anne-Laure, une adhérente du Café couture niortais, l’association de couture loisirs que j’ai créée il y a deux ans car elle avait également décidé de se lancer dans l’aventure!

J’ai compilé différentes ressources, des témoignages, des liens vers des vidéos dans ce tableau Pinterest qui vous sera peut-être utile si vous vous préparez à cet examen.

Les projets cousus dans le cadre de la préparation

Les couturières qui m’avaient motivée à me lancer dans l’aventure n’avaient pas la chance d’avoir un livre. Depuis sa parution en septembre 2019, on peut choisir de se laisser guider par le programme, ce qui est assez confortable.

Pour rester bien motivée, j’ai décidé de mixer des projets techniques avec les exigences demandées au CAP (par exemple la marge d’erreur à 1mm) et d’autres plus personnels moins exigeants mais le confinement a eu raison de mon élan et j’ai, à certains moments, douté d’aller au bout de l’aventure. Les épreuves ont finalement été repoussées à septembre me permettant de me remobiliser pendant l’été sur mon objectif.

Voici quelques projets réalisés issus du livre mais pas seulement. Pour chacun, je vous explique les points techniques travaillés

  • Septembre : la jupe Ambrosia. Grâce à ce projet, j’ai pu réviser la pose de la fermeture invisible, découvert et réviser les différents plis dans les exercices préliminaires (religieuses, semi-piqués, creux, parallèles). Je l’ai entièrement doublée (en suivant les explications du mois de mars) avec une finition à la main (comme souvent exigé au CAP). Le tissu préconisé pour démarrer le programme est un sergé mais j’avais un drap de laine légèrement irisé que j’ai préféré utiliser. J’adore ma doublure, tissu rapporté d’un voyage par mes parents. Je dois par contre avouer n’avoir jamais porté cette jupette dont le style n’est pas vraiment le mien…
  • Octobre : la robe Yselda. Cette robe m’a tout de suite beaucoup plu mais elle me semblait courte. J’ai décidé de la raccourcir et d’en faire une tunique que j’ai beaucoup portée sur un jean blanc au printemps dernier. Le tissu préconisé est un lin et j’ai chiné un coupon d’un magnifique lin de chez Nani Iro. Le motif de ce tissu donne du peps à cette tunique dont la coupe avec ses découpes princesses est sympa je trouve. Les points techniques sur ce modèle étaient donc les découpes princesses à repasser grâce au coussin tailleur (découvert pendant la préparation au CAP pour repasser sans écraser les courbes), la pose de fermeture invisible en courbe, la couture d’une goutte avec bride à la main, l’ourlet invisible à la main. J’ai choisi un entoilage trop rigide pour les parementures de mancherons et j’ai réduit leurs tailles d’origine pour éviter un effet trop « chevalier du zodiaque » 😉 J’ai présenté ce projet lors d’un concours proposé par Artesane et j’ai gagné!
  • De novembre à février, j’ai continué de travailler les points théoriques du CAP, appris de nombreuses choses sur les tissus et fibres et été essayé une piqueuse plate chez une professionnelle. Au niveau couture, j’ai relancé le projet du manteau Quart Coat avec ses pattes de boutonnages zippés et ses découpes princesses. J’ai cousu des cadeaux de Noël, une Bai jia bei. Les projets couture pour le CAP sont passés en arrière-plan à cette période mais les réflexes du CAP notamment la recherche de la précision au niveau des marges, coutures d’assemblage étaient bien présents.
  • En février, j’ai retrouvé la motivation et cousu deux projets du livre. La chemise Adelise a été ma première vraie chemise avec fentes de bas de manches avec capucins, col avec pied de col. Ce projet était très technique et j’ai complété le livre par deux cours techniques de la plateforme Artesane (l’un sur les cols, l’autre sur les pattes et les fentes que je vous recommande si vous cherchez à approfondir la question). Je l’ai cousue dans une popeline de coton rouille, la doublure est en coton liberty graphique, petit détail que j’aime beaucoup. Cette chemise avec ses découpes princesses est très agréable à porter et a été de suite adoptée !
  • Le top Ismerie de par sa coupe m’intriguait et ce projet m’a beaucoup appris. J’ai choisi un satin de soie qui a été très difficile à découper. Ce modèle d’inspiration asiatique permet de travailler, outre un tissu qui fâche, la technique du col officier, la patte de boutonnage invisible, la parementure à même. J’ai tiré sur le tissu au moment du repassage et étiré ce tissu fragile ce qui se voit sur le modèle porté. Comme je le craignais, je n’assume pas vraiment ce tissu brillant et n’ai pas encore sorti ce petit haut.
  • Au printemps 2020, j’ai beaucoup cousu mais pas forcément de projets dans l’objectif CAP. La situation que nous connaissons tous m’a fait préférer des petits projets réconfortants. J’ai tout de même cousu un polo en révisant la patte polo, des petites cousettes pour les enfants, des projets pour moi. En mai alors que le pays se déconfine, je me remets dans l’objectif en regardant les projets du livre qui me restent à réaliser. Aucun ne me tente mais je décide de coudre des projets avec des braguettes et des poches en étudiant la gamme de montage de ces deux éléments techniques car une des particularités de l’épreuve pratique du CAP est de savoir lire une gamme de montage, c’est à dire des petits schémas présentant le projet en coupe avec juste des mots clefs et des critères de réussite. Je couds le short et le pantalon Port trousers de Pauline Alice qui me permettent de travailler ces points tout en étant sûre d’avoir des projets portés. Je modifie d’ailleurs les poches initiales du Port en les transformant en poches passepoilées suivant les explications du short Jillian :
  • L’été juste avant les épreuves : il est temps de se plonger dans les annales. Il est important de réaliser différents sujets blancs de l’EP1 comme de l’EP2 pour apprendre à gérer son temps. Lors de mon premier sujet d’EP1, je lis mal le sujet de patronage. Grâce aux corrigés, j’ai pu me rendre compte de mes erreurs et ainsi me préparer à éviter ce genre de mauvaises lectures le jour J. Je pensais avoir le temps de réaliser plusieurs sujets blancs d’EP2 mais il est difficile de trouver 16 h aussi facilement même pendant l’été. Par contre en faire au moins un me semble indispensable.

Ce modèle me plaît, je ne veux pas le coudre pour rien. Les sujets d’EP2 sont en taille 38 ou 40. Mais j’ai pu lire que le modèle Cindy de Style Arc pattern s’en approche beaucoup. Je l’achète donc mais suis la gamme de montage de l’EP2 pour me mettre dans les conditions de l’examen!

J’ai choisi le sujet de 2018 : la veste Agathe. Coupe cintrée avec découpes princesses, multiples poches, surpiqûres, col officier froncé. Ce sujet blanc m’a beaucoup appris. J’ai minuté chaque étape pour vérifier que je restais dans les temps! 14h30 pour tout coudre sauf les points de fixation de la doublure et de la parementure.

Et voilà ma réalisation! J’ai choisi un lin ancien récupéré et teint avec une teinture de marque Idéal. Mixé avec des chutes d’un coton indien que j’adore et des boutons métalliques, j’aime beaucoup cette veste pour son allure mais aussi pour tout ce qu’elle représente dans cette aventure du CAP MMVF et j’ai hâte de la porter au printemps!


Voilà ce que je voulais raconter de cette année de préparation du CAP MMVF, en pensant à ceux et celles qui se sont lancés cette année et en voulant partager avec ceux qui connaissent moins cet univers mais qui étaient peut-être curieux…

Dans un prochain article, je vous raconterai les épreuves, vous montrerai les machines sur lesquelles nous avons eu la chance de travailler et vous partagerai mes impressions!

N’hésitez pas à poser des questions en commentaire, à partager cet article si vous pensez qu’il peut être utile à des candidats!

A bientôt!

Publié par Mathilde

Passionnée de couture, utilisatrice du bullet journal, je vous proposerai bientôt tutoriels et ateliers créatifs à Niort

Un avis sur « Retour sur l’aventure du CAP MMVF : la préparation »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :